Pièce maîtresse d’une construction, la charpente traditionnelle en bois est utilisée depuis des siècles. Plusieurs éléments rentrent en compte pour le choix d’une charpente : sa résistance, sa classe d’emploi, son taux d’humidité ainsi le type de charpente. CHIMSCO, spécialiste de la charpente en bois en Belgique, vous donne toutes les clés en main pour faire le meilleur choix.

 

Les deux grandes familles d’essence de bois

C’est un fait : tous les bois ne font pas de bonnes charpentes. En effet, certains seront plus utilisés pour un bardage, par exemple, tandis que d’autres le seront pour la structure d’une charpente qui assurera stabilité à votre maison.

Certains bois seront également plus sensibles aux parasites, il convient donc de traiter régulièrement sa charpente.

Avant de choisir votre essence de bois, vous devez savoir que celui-ci est soumis à des normes que nous détaillerons ci-après.

CHIMSCO charpentes bois vous explique les différents bois ainsi que leurs caractéristiques :

  1. Les bois issus de feuillus

Ce sont des bois robustes, durables et résistants. Chaque essence possède des caractéristiques qui le rendent plus ou moins adaptés à la construction de charpentes.

  • Le chêne : présent depuis des siècles dans nos maisons, c’est un bois qui offre une belle résistance et qui possède une forte densité. Cependant, celui-ci est lourd et cher. Il pourra être utilisé aussi bien en menuiserie intérieure qu’extérieure.
  • Le châtaigner : naturellement résistant aux parasites, c’est un bois fiable car il possède une faible rétractibilité qui lui permet de faire face aux flexions. Seul bémol : celui-ci ne convient pas pour l’extérieur.
  • Le hêtre : un bois qui peut se procurer facilement. Il a pour avantage d’être stable et résistant à la compression. Cependant il n’est pas adapté pour une charpente. On l’utilisera plutôt pour du parquet, des meubles, …
  • Le frêne, le peuplier, l’aulne : des bois faciles à travailler mais qui ne conviennent pas pour une charpente. Ils seront réservés à la menuiserie intérieure telle que des meubles, lambris, …
  1. Les bois issus de résineux

Les bois de résineux sont très intéressants car ceux-ci sont bon marché et disponibles en grande quantité. Cependant, ils sont plus vulnérables aux attaques d’insectes et champignons. Il faudra donc les traiter préventivement avec un traitement adapté.

  • Le mélèze : C’est un bois très esthétique qui possède une grande résistance aux chocs et intempéries. Il convient très bien aux charpentes traditionnelles. Petit inconvénient : il attire les insectes et devient gris.
  • Le pin : un bois de grande résistance et durable, mais toutefois très lourd. Ce qui le rend moins adapté en charpente traditionnelle. De plus, il faudra traiter celui-ci car il est vulnérable aux insectes et champignons.
  • L’épicéa et le sapin : ce sont des bois utilisés pour les charpentes traditionnelles mais aussi industrielles. Exploité pour les grandes pièces, il faudra le traiter contre les insectes et l’humidité.
  • Le douglas : C’est le bois idéal pour l’ossature des maisons en bois ou des charpentes exposées à l’extérieur. On l’utilise pour la construction car il est très durable dans le temps. Attention, celui-ci devra impérativement être traité contre les insectes.

 

Les critères d’un bon bois pour une charpente traditionnelle

Quelle que soit l’essence du bois, le bois utilisé pour des charpentes doit répondre à certains critères.

La classe d’emploi

Afin de pouvoir utiliser une certaine essence de bois, celui-ci doit correspondre à une classe d’emploi minimum de 2 ; soit de façon naturelle (exemple : chêne), soit avec un traitement adapté (exemples : sapin, épicéa).

La classe d’emploi d’un bois est déterminée par la norme NF EN 335-1 à 3. Celle-ci définit sa résistance aux différents risques d’exposition à l’humidité (classe 1 à classe 5) et sa tenue dans le temps. La classe 2 détermine les charpentes à l’abri des intempéries et de l’humidité. Si la charpente est extérieure et qu’elle est exposée aux intempéries (carport, véranda, …), la classe 3 sera le minimum requis.

La classe de résistance

En plus de la classe d’emploi, le bois doit remplir des critères de résistance afin de pouvoir être utilisé comme charpente. Les critères de résistance sont la traction, la flexion, la compression et le cisaillement.

De plus, afin d’éviter que certains défauts ne viennent perturber la solidité de la charpente, un tri est effectué dès la fabrication. Grâce à ce tri, les pièces de bois qui ont des nœuds trop importants, des poches de résines ou encore des fentes, sont écartées. Le bois est ainsi classé selon des normes strictes au moment de la fabrication.  

Envie de découvrir les réalisations de charpentes traditionnelles CHIMSCO ?

Retrouvez-les ici! 

Vous avez un projet de construction ou de rénovation ? Vous êtes à la recherche d’un professionnel pour réaliser votre charpente en bois ?